Pongo, d’habitude très calme en promenade, et plutôt sociable, a pincé un skateur au mollet, que s’est-il passé?
Remontons un peu le temps : il y a des travaux à côté de chez Pongo, il a déjà subi ces bruits toute la journée en attendant le retour de sa gardienne. Il est fatigué et stressé. En sortant se promener avec sa propriétaire, il est passé devant ces travaux, a vu de très grosses machines en plus d’entendre les bruits de façon beaucoup intense. Dans la rue suivante, ils passent devant une école, c’est l’heure de sortie, ça crie et c’est bondé. Pongo colle sa truffe au sol et continue, dos courbé, sa promenade. Juste après l’école, Pongo relève la tête quand un homme en skateboard le frôle en criant à sa propriétaire de se décaler. Il s’élance sur son mollet tous crocs dehors.

Prendre en compte l’état émotionnel du chien

Pongo aime habituellement les humains, néanmoins il n’apprécie pas les bruits trop intenses. Le son ainsi que la vitesse des skateboards l’effraient un peu. Normalement, il baisse la tête et attend que ça passe. Ce jour-là, son « vase émotionnel » était déjà bien rempli, à cause d’autres déclencheurs : fatigue, bruits, machines, foule bruyante. Le skateur qui crie a été perçu comme une menace, Pongo a essayé de se défendre.

Imaginez-vous vivre une journée comme on les déteste : panne de réveil, grève des transports, votre chef qui vous reproche votre retard, l’école de votre enfant qui vous appelle parce qu’il s’est battu et pour couronner le tout, le soir, quelqu’un essaie de vous doubler à la caisse du supermarché après 20 minutes d’attente… Saurez-vous garder votre calme envers cet ultime déclencheur ?

Si votre chien réagit un jour à une chose qui vous paraît anodine, prenez en compte l’état de son vase émotionnel et soyez plus vigilant aux signaux d’inconfort précurseurs (posture alerte ou au contraire truffe collée au sol, évitement, dos courbé, queue entre les pattes, etc.).

Savoir bien observer son chien est essentiel : à gauche Larsen observe quelque chose de manière neutre, à droite, il se tient plus droit, les oreilles légèrement plus hautes et vers l’avant, les muscles autour du museau et de la gorge se tendent, les vibrisses se dirigent vers l’avant, il s’apprête à grogner ou aboyer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *